Mon Pote Agé, rencontre avec les jardiniers -1

« Mon Pote Agé »…

Qui est-il?

Existe-t-il?

Comment s’appelle-t-il?

Théo Brin de Paille, un drôle de nom !

Théo Brin de Paille est peut-être le grand-père rêvé de Barnabé, celui qu’il aurait aimé rencontrer, étant enfant, ce grand-père qui nous transmet son savoir-être, son savoir-faire, sa sagesse, son amour pour le Vivant.

Un Pote Agé imaginaire donc? Qui serait le fruit de l’imagination de cet enfant dont je parle, Barnabé? Une part de nos rêves, de notre jardin secret?

Sans doute…

Un rêve lointain qui remonterait à la sagesse des Anciens, peut-être à celle des Amérindiens considérant la nature comme sacrée.

Un jardin idéal, utopique rêvé depuis des siècles…

Et peut-être un peu la réalité aussi? La réalité de ces jardiniers, qui, un jour, ont voulu réaliser leur rêve?

Des jardiniers? Des femmes et des hommes comme vous, comme moi… certain-e-s connaissant le milieu de la terre, d’autres, pas…

J’ai commencé par les connaître dans mon entourage en me promenant dans leur jardin, en les voyant jardiner, en jardinant moi-même, bien humblement… car il faut avoir du temps pour jardiner, être constant, régulier, être présent à son jardin, temps, hélas, dont je manque.

Ce fut une rencontre , un coup de coeur pour tous ces jardins désordonnés où tout pousse dans la joie et la bonne humeur, les bonnes comme les « mauvaises » herbes, où une salade soudain apparaît entre les poireaux, où les courges aiment à gagner du terrain, où un pommier vient se planter là au milieu des légumes, tout ce monde, ma foi, s’entend bien, et les fruits comme les topinambours abondent, délicieux, de l’été à l’hiver…

Mes premières découvertes, le jardin de Danielle, Présidente de la Compagnie L’Arbre à Palabres, en Vendée, puis le jardin partagé où j’habite à Nantes, un jardin clos, un havre de paix, un coin de paradis…

J’ai cultivé mon goût du jardin à travers des lectures également, notamment les livres de Pierre Rabhi.

Lire est une chose importante et m’a donné l’envie de rencontrer tous ces jardiniers épris d’une autre vie, d’un idéal pour eux-mêmes et pour les autres.

Je me suis mis à écrire à des jardiniers en leur exposant mon projet.

Le premier jardinier qui m’a ouvert son jardin fut Yvonnick…

Je vous le ferai découvrir dans mon prochain article…

A bientôt !

Thierry Rousse

Nantes, 20 novembre 2019

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *